Thoughts on Gaza

As I sit and view the reports, photos and live videos streaming in from Gaza I find it impossible to make sense of it all.  As a boy growing up in Israel and attending a regular public school, I remember being taught the story of Abraham, the patriarch arguing with God over the decision to destroy the city of Sodom.  “And Abraham stood before the lord. And Abraham drew near, and said: wilt thou also destroy the righteous with the wicked, perhaps there be fifty righteous within the city, wilt thou also destroy and not spare the place for the righteous that are therein? ..and the Lord said, if I find in Sodom fifty just men within the city, then I will spare all the place for their sakes” Genesis, 18, 23-26. One has to admire Abraham for his tenacity, arguing with God almighty for the sake of fifty men! Today I heard the argument made that only 50 innocent people were killed in this attack and I thought: God would have spared Gaza for those 50, but not Ehud Barak. 
One has to admire the idea that no matter what, the life of innocent civilians is sacred and must never be compromised.  There can be no doubt that among the 1.4 million people residing in Gaza there are more than 50 righteous men and women, but more importantly, there are 800,000 children in Gaza. According to reports in the Israeli newspapers hundreds of thousands of children were on their way to and from school at the time that 50 Israeli war-planes began a nine hour attack during which they dropped more than 100 tons of bombs.

With Israeli elections scheduled for February, Israeli Defense Minister Ehud Barak, who is hoping to once again become Prime Minister, has once again unleashed the Israeli military on the civilian population of Gaza. Barak who has earned the dubious distinction of being Israel’s most decorated soldier, is guaranteeing that Israelis and Palestinians will see more violence and more loss of innocent lives. With columns of tanks, and brigades of infantry ready to attack the already destroyed Gaza, Barak hopes to prove that he is a candidate that can deliver. But unlike the biblical story, there is no one willing to stand up to General Barak and argue for the lives of fifty righteous men, not to mention, eight hundred thousand children.

The 800,000 thousand children of Gaza were the reason that Nader Elbanna and I in our capacity as co chairs of the Elbanna-Peled Foundation, decided to travel to Gaza to deliver essential medical equipment to Ahli hospital in Gaza city. We flew from SD in mid November, passing through Europe, Israel and Jordan to Cairo; then traveling overland we crossed the Suez Canal, stopping at endless Egyptian security checkpoints along the way to reach the gates of Gaza at Rafah. It was there that we were told that the border to Gaza is closed. We spent three days trying to get in, with Nader arguing, negotiating passionately setting aside the excruciating pain from his ear and throat infection. In the end, standing merely 50 yards form our destination the truth came out of the mouth of one intelligence officer at the Rafah crossing who exclaimed: “but we can’t let you cross, the Israelis are watching.”

We knew that an Israeli-Egyptian-American agreement was keeping the people of Gaza imprisoned, impoverished and malnourished but we hoped that with support and assistance we secured from Rotary in Egypt and other connections we could outsmart the system. The help we received was tremendous, but we had underestimated the system. Interestingly, the toughest part for us was not being denied entry, but rather it was calling Dr. Suheila Tarazi, of the Ahli hospital in Gaza and telling her that we would not be able to enter and deliver the equipment to the hospital. Dr. Tarazi thanked us for our efforts, described the intolerable conditions in Gaza and told us that with God’s help we will all have peace one day. But the optimism and good wishes could not mask the grim reality evident in her voice. If the problems a doctor or a hospital administrator in Gaza had to face were insurmountable until a few days ago, now they are pure hell. As Israel shut off the electricity and shut down the supply of fuel, there is no refrigeration and medicines go bad and have to be discarded. Machines that need power to help people breath; dialysis and other life support machines stop working. Now with hundreds of casualties and little equipment or medicine one cannot imagine what it must be like for Dr. Tarazi and others who are entrusted with the lives of the sick and the injured.

The Elbanna-Peled Foundation, was founded in memory of two little girls who were victims of the Palestinian-Israel war: Smadar Elhanan, killed 1997 at the age of 13 when two Palestinians blew themselves up in Jerusalem, and Abir Aramin, killed at the age of 10 by an Israeli sniper in January 2007. The Gaza project was a third of its kind initiated by Nader Elbanna and I. Having met in a living room dialogue group in San Diego in the year 2001, our work together is done in an effort to demonstrate two points: Palestinians and Israelis are bound together by their ties to a mutual homeland and this bond can bring them together as allies; the second point is that an Israeli Palestinian alliance is a powerful tool that can transform the region and stop the bloodshed.

The question has been raised of whether or not the Israeli attack on Gaza is disproportionate to the threat that Gaza presents to Israel. The answer to that lies not in numbers, not in comparing how many rockets were fired or how many of the dead are actually Hammas people and how many were bystanders. The answer lies in the biblical Abrahams admonition towards God in Genesis 18: “Far be it from thee to slay the righteous with the wicked.”

Looking beyond the grim reality of today, I remember something that was written by another doctor from Gaza, Dr. Mona El Farra. In a piece published in the US about a year ago she wrote: “This may seem an unlikely time to discuss the prospect of one state with equal rights for all, but the fighting in Gaza makes clear that a cordoned-off Gaza Bantustan is no solution.” In response to this is wrote the following: The question that Dr. El Farra raises it monumental: Why is it right to speak of equal rights everywhere except for Israel and Palestine? Indeed, it may be an unlikely time but it is never the less the right time to discuss the establishment of a secular, democratic state in Israel/Palestine in which human and civil rights are guaranteed to all its citizens.

Advertisements

3 Replies to “Thoughts on Gaza”

  1. I have just translated your superb article “thoughts on Gaza” into French and sent it to a few friends. Here it is, in case you might send it to a few French-speaking countries ( France, Belgium, Switzerland, Maghreb … )

    Réflexions sur la Bande de Gaza
    par Miko Peled
    (30/12/2008)

    Comme je reste assis à visionner les rapports, les photos et les vidéos en direct qui affluent, en provenance de la Bande de Gaza, il m’est impossible de trouver un sens à tout cela. Comme tout garçon ayant grandi en Israël et fréquenté une école publique ordinaire, je me rappelle avoir appris l’histoire d’Abraham, le patriarche qui s’est opposé à Dieu sur sa décision de détruire la ville de Sodome. Et Abraham s’est levé devant le Seigneur. Et Abraham s’est approché et a dit : « Voulez-vous détruire également les justes avec les méchants ? Il se peut qu’il y ait cinquante justes dans la ville . Voulez-vous donc les détruire eux aussi et ne pas épargner ce lieu pour sauver les justes qui s’y trouvent ? » …Et le Seigneur a dit « si je trouve à Sodome cinquante hommes justes dans la ville, je l’épargnerai toute entière rien que pour eux » Genèse , 18, 23-26. On doit admirer Abraham pour sa ténacité, lui qui s’opposait à Dieu Tout Puissant pour sauver cinquante hommes ! Aujourd’hui j’ai entendu dire, à titre d’argument, que seulement cinquante innocents avaient été tués dans cette attaque et j’ai pensé : Dieu aurait épargné Gaza pour ces cinquante-là, mais pas Ehud Barak.
    On doit admirer l’idée que, en toutes circonstances, la vie des civils innocents est sacrée et ne doit jamais être compromise. Il n’y a aucun doute que, parmi les 1,4 millions de personnes qui résident dans la Bande de Gaza, il y a plus de 50 justes, hommes et femmes, mais le plus important, c’est qu’il y a 800 000 enfants dans la Bande de Gaza. Selon ce qu’en ont rapporté les journaux israéliens, des centaines de milliers d’enfants étaient sur le chemin de l’école et en revenaient à l’heure où 50 avions de guerre israéliens ont commencé une attaque qui a duré neuf heures pendant lesquelles ils ont déversé plus de cent tonnes de bombes .
    Avec les élections israéliennes prévues pour février, le Ministre de la Défense Nationale israélien Ehud Barak, qui espère être de nouveau Premier ministre, a encore lâché l’armée israélienne sur la population civile de la Bande de Gaza. Barak, qui a gagné la distinction douteuse d’être le soldat israélien le plus décoré, nous garantit que les Israéliens et les Palestiniens connaîtront encore plus de violence et de pertes de vies innocentes. Avec les colonnes de chars et les troupes d’infanterie prêtes à attaquer la Bande de Gaza déjà détruite, Barak espère prouver qu’il est un candidat capable de livrer bataille. Mais à la différence de l’histoire biblique, il n’y a personne qui ait la volonté de s’opposer au Général Barak ni d’argumenter afin de sauver la vie de cinquante hommes justes, et qui plus est, celle de huit cent mille enfants.
    Les 800 000 enfants de la Bande de Gaza furent la raison pour laquelle Nader Elbanna et moi, avec les pouvoirs que nous conférait notre qualité de co-présidents de la Fondation Elbanna-Peled, avons décidé de partir pour la Bande de Gaza afin de livrer du matériel médical essentiel à l’hôpital Ahli de la ville de Gaza. Nous avons pris l’avion de San Diego à la mi-novembre, en passant par l’Europe, Israël et la Jordanie jusqu’au Caire. Prenant alors la voie terrestre, nous avons traversé le Canal de Suez, nous arrêtant, tout au long de notre route, aux innombrables points de contrôle de sécurité égyptiens jusqu’à ce que nous arrivions aux portes de Gaza, à Rafah . C’est là que l’on nous a dit que la frontière de Gaza était fermée. Nous avons passé trois jours à essayer d’entrer, avec Nader qui discutait, qui négociait avec acharnement, ne tenant pas compte de la douleur insupportable que lui causait son otite doublée d’une angine . À la fin, alors que nous n’étions plus qu’à une cinquantaine de mètres de notre destination, la vérité sortit de la bouche d’un agent de renseignement au passage de Rafah, qui s’exclama : « mais nous ne pouvons pas vous laisser passer, les Israéliens regardent » .

    Nous savions qu’un accord “américano-égypto-israélien” maintenait les habitants de la Bande de Gaza dans l’enfermement, la misère et la malnutrition mais nous avions espéré qu’avec le soutien et l’aide que nous avions obtenus du Rotary Club en Egypte et ceux d’autres réseaux, nous pourrions venir à bout du système . L’aide que nous avons reçue était énorme, mais nous avions sous-estimé le système. Curieusement, le plus difficile pour nous ne fut pas que l’on nous refusât d’entrer mais d’appeler le docteur Suheila Tarazi de l’hôpital Ahli dans la Bande de Gaza pour lui dire que nous ne pourrions pas entrer pour livrer le matériel à l’hôpital. Le docteur Tarazi nous a remerciés pour nos efforts, a décrit les conditions de vie insupportables dans la Bande de Gaza et nous a dit qu’avec l’aide de Dieu nous aurions tous un jour la paix. Mais l’optimisme et les vœux pieux ne pouvaient pas masquer la triste réalité que l’on percevait dans sa voix. Si les problèmes que devaient affronter un docteur ou un administrateur hospitalier dans la Bande de Gaza étaient insurmontables jusqu’à ces derniers jours, maintenant c’est devenu un véritable enfer. Comme Israël a coupé l’électricité et arrêté les approvisionnements en carburant, il n’y a aucune réfrigération, avec pour résultat que les médicaments s’abîment et doivent être jetés. Les machines qui ont besoin d’électricité pour aider les gens à respirer , les dialyses et les autres machines d’aide à la survie cessent de fonctionner . Maintenant avec les centaines de blessés et aussi peu de matériel ou de médicaments, on ne peut imaginer ce que vivent le Dr Tarazi et tous ceux auxquels on a confié la vie des malades et des blessés .
    La Fondation Elbanna-Peled, a été créée à la mémoire de deux petites filles qui furent victimes de la guerre israélo-palestinienne : Smadar Elhanan, 1997 tuée à l’âge de 13 ans quand deux Palestiniens se sont fait sauter à Jérusalem et Abir Aramin, tuée à l’âge de 10 ans par un tireur isolé israélien en janvier 2007. Le projet de la Bande de Gaza était le troisième du même type lancé par Nader Elbanna et moi-même. Depuis notre rencontre dans un groupe de dialogue à San Diego en 2001, nous nous efforçons, par notre travail en commun, à démontrer deux points : les Palestiniens et les Israéliens sont liés par leur attachement à une même patrie et ce lien peut les unir pour en faire des alliés ; le second point, c’est qu’une alliance israélo-palestinienne est un puissant instrument capable de transformer la région et de faire cesser le carnage.
    On a soulevé le problème de savoir si l’attaque israélienne de la Bande de Gaza est ou n’est pas disproportionnée par rapport à la menace que représente cette dernière pour Israël. La réponse ne se trouve pas dans les nombres, elle n’est pas de faire des comparaisons pour savoir combien de roquettes ont été tirées ou combien de personnes , parmi les morts, font vraiment partie du Hamas et combien d’entre elles étaient de simples passants . La réponse se trouve dans le reproche biblique que fait Abraham à Dieu dans la Genèse 18 : « loin de vous l’idée de tuer les justes avec les méchants ».
    En regardant par delà la triste réalité d’aujourd’hui, je me souviens de ce qu’avait écrit un autre médecin de Gaza, le docteur Mona El Farra , dans un article publié aux Etats-Unis il y a environ un an : « le moment est peut-être mal choisi pour discuter du projet d’un seul état avec des droits égaux pour tous, mais la guerre dans la Bande de Gaza nous fait comprendre qu’un bantoustan de Gaza qui serait interdit d’accès n’est pas la solution. Pourquoi a-t-on le droit de parler d’égalité des droits partout dans le monde sauf en ce qui concerne Israël et la Palestine ? En effet, le moment est peut-être mal choisi mais c’est pourtant le bon moment pour discuter de la formation d’un état laïc et démocratique en Israël / Palestine dans lequel seront garantis les droits de l’Homme et les droits civiques pour tous ses citoyens.

    Miko Peled est un écrivain israélien militant pour la paix qui vit à San Diego.
    Pour les commentaires ou pour nous contacter mikopeled.wordpress.com

  2. Your Thoughts on Gaza is an excellent article and I thank you for standing for truth. Israel should live upto its past and never indulge in what lesson in history it should have learnt but now ignores it. Israel has cut its nose to spite its face!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s